Aller directement au contenu de la pageAller directement au contenu de la page

Gestion sous mandat et marchés financiers : bilan 1er semestre 2024 et perspectives

02 Juillet 2024
Fiscalité

Rédigé par Arnaud Morel, Directeur de la gestion sous mandat chez Promepar Asset Management

Un alignement des planètes

Au cours du 1er semestre, les actifs risqués ont poursuivi leur tendance haussière, profitant des bonnes nouvelles macroéconomiques et microéconomiques qui se sont succédé. D’un côté, la baisse de l’inflation se généralise à l’échelle mondiale depuis 12 mois, la croissance économique reste bien orientée avec un atterrissage en douceur des Etats-Unis et du Japon, et une dynamique de reprise en Europe et en Chine. De plus, les Banques Centrales moins restrictives permettent un apport d’oxygène à l’économie. De l’autre côté, les sociétés ont continué à délivrer des messages positifs concernant leurs profits, comme en atteste, depuis le début de l’année, la croissance des bénéfices de l’indice de référence des actions mondiales MSCI World en dollars avec une progression de 4,9%.

Profitable pour les actifs risqués

La conjonction de ces éléments a été salutaire pour les marchés financiers, et particulièrement pour les actions dont les records sur les indices des grandes capitalisations sont tombés les uns après les autres. Ainsi, l’indice de référence des actions mondiales clôture le semestre avec une performance de +10,8%, grâce au Japon (+20,1%), aux Etats-Unis (+14,1%) et, à un degré moindre, à l’Europe (+6,9%) et aux pays émergents (+6,1%). Du côté du crédit des entreprises, les performances sont positives, et ce malgré la hausse des rendements obligataires. La dette américaine à 10 ans a augmenté de 0,40%, se portant à 4,37%. Dans cette hausse de la partie longue de la courbe obligataire, historiquement contre intuitif à la bonne performance des marchés actions, il faut peut-être y voir l’impact de la progression du prix des matières premières, comme le baril de pétrole dont le cours a augmenté de 12,2% depuis le début de l’année.

Performances des indices actions par zones Géographiques en 2024

Sources : Graphiques et données Bloomberg Promepar AM.
Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Des records pour les actions mais trop peu de contributeurs

Ce rallye haussier a été porté par quelques valeurs, dites de « qualité et à forte visibilité ». Ces dernières ont vu leurs niveaux de valorisations dépasser leur plus haut historique sous l’effet de l’anticipation d’une baisse du coût du capital et de l’avènement de l’Intelligence Artificielle qui tirent les valeurs technologiques à la hausse. Les 10 plus grandes capitalisations américaines, représentant désormais 31% de l’indice S&P 500, ont contribué à 74% de la performance en 2024. Ce mouvement discriminatoire a ainsi laissé une grande partie à quai, comme les petites et moyennes capitalisations et les valeurs décotées. Ce constat et les signaux d’amélioration économique en Chine et en Europe encouragent une poursuite du rebond des marchés, avec un taux de participation qui devrait se densifier.

Poids et contribution à la performance des 10 plus grandes capitalisations boursières de l’indice américain S&P 500 en 2024)

Sources : Graphiques et données Bloomberg Promepar Asset Management.
Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Notre stratégie et allocation d’actifs dans ce contexte

Au sein de notre allocation d’actifs, nous maintenons notre niveau d’exposition aux actions, notamment sur les valeurs européennes décotées, les leaders technologiques aux Etats-Unis et dans les zones émergentes. Nous réduisons notre exposition aux fonds monétaires. Après les fortes tensions des derniers trimestres, qui justifiaient une vision attentiste de notre part, nous pensons que les taux ont atteint leur point haut. Avec un niveau de portage redevenu attractif et un risque de duration qui a nettement reflué, la classe d’actifs obligataires retrouve ses vertus, et il est opportun d’en profiter. Nous avons ainsi au sein de Promepar Asset Management densifié notre offre avec le lancement en début d’année de deux nouvelles solutions obligataires européens : le fonds Bred Horizon 2029 et le mandat Gestion Taux. Elles vous permettent de bénéficier d’une meilleure visibilité dans la mesure où vous connaissez le rendement attendu et la date d’échéance à l’avance*.

*Voir détails auprès de votre conseiller.

Elections européennes, des nuages mais pas de pluie

Nous ne pouvons conclure sans évoquer les élections européennes et la situation particulière de la France. À l’échelle européenne, bien que la montée de l’extrême droite soit notable, les grands équilibres au sein du parlement ne sont pas bouleversés. En France, une période d’incertitude s’ouvre. La dissolution de l’Assemblée a conduit à une forte chute du CAC40 et un pic pour l’OAT 10 ans à 3,35%. Cette dernière a creusé un écart de 0,8% par rapport au Bund allemand, mais le rendement se situe globalement au même niveau moyen qu’en 2023. Nous notons que les précédents européens, avec le Brexit au Royaume-Uni ou encore l’arrivée au pouvoir de Madame Meloni en Italie, ont certes apporté des périodes d’instabilité, mais également des bonnes opportunités d’entrée sur les marchés.

Document à caractère publicitaire et sans valeur contractuelle.

Les opinions et estimations données dans ce document constituent notre jugement et sont susceptibles de changer sans préavis, de même que les éventuelles assertions quant aux tendances des marchés financiers, qui sont fondées sur les conditions de ces marchés à la date de rédaction du document.

Promepar Asset Management –Titulaire de l’agrément N°GP 92-17 – Immeuble LE VILLAGE 1 - Quartier VALMY – 33 Place Ronde - 92981 Paris La Défense 01 40 90 28 60 – www.promepar.fr. PROMEPAR Asset Management, RCS n°311 888 010. Siège social : 18 quai de la Rapée – 75012 Paris.

Crédit photo : Adobe Stock.