À quel âge pourrais-je partir à la retraite et combien vais-je toucher ?

Tout comprendre sur la corrélation entre l'âge de départ à la retraite et le montant de la pension.
25 Juillet 2022

L’âge de départ à la retraite du régime de base détermine le montant de votre pension. S’il existe un âge légal, il est aussi possible de quitter son activité professionnelle avant ou bien après. Diminutions, majorations, quels sont les impacts de la durée de travail sur le montant de votre pension ? Quelles solutions existent pour optimiser le montant de votre retraite ? Explications.

A partir de quel âge peut-on partir à la retraite ?

L’âge légal de départ à la retraite

Si vous êtes né après 1955, l’âge légal de départ à la retraite est fixé à 62 ans. Néanmoins, même si vous avez atteint cet âge légal, il est possible que vous ne bénéficiiez pas du taux maximum (appelé taux plein).

Les critères requis pour bénéficier du taux plein

Le « taux plein » correspond au taux maximum pour liquider votre retraite. Il est de 50% pour les salariés et indépendants et de 75% pour les fonctionnaires (80% pour les fonctionnaires actifs).

Pour bénéficier du taux plein lorsqu’on atteint l’âge légal de départ à la retraite vous devez justifier :

  • Du nombre de trimestres minimum requis selon votre année de naissance ;
  • Ou d’une situation spécifique.

Si vous n’avez pas atteint le nombre de trimestres minimum ou que vous ne pouvez justifier d’une situation particulière, une décote permanente s’appliquera sur le montant de votre pension. Sinon, sans avoir validé le nombre de trimestres, le taux plein est acquis à 67 ans.

Prétendre au taux plein sans condition de trimestres

Dans certains cas, vous pourrez prétendre au taux plein à partir de 62 ans, quel que soit le nombre de trimestres travaillés.

Les personnes concernées sont les suivantes :

  • Les mères de famille ouvrières ayant élevé au moins 3 enfants et validé 120 trimestres d’assurance retraite ;
  • Les considérés inaptes au travail ;
  • Les bénéficiaires d’une pension d’invalidité ;
  • Les personnes handicapées qui justifient d’un taux d’incapacité permanente d’au moins 50%.

Partir à la retraite avant l'âge légal : les conditions d'une retraite anticipée

Dans quels cas peut-on partir à la retraite avant 62 ans ?

Certaines situations vous permettent de partir à la retraite à taux plein avant l’âge légal de 62 ans. On parle de “retraite anticipée” ou “préretraite”.

Il est possible de bénéficier du taux plein avant 62 ans dans les cas suivants : une carrière longue, une situation de handicap, une incapacité permanente, les bénéficiaires de l’allocation des travailleurs de l’amiante.

La retraite anticipée pour carrière longue

Pour bénéficier de la retraite anticipée pour carrière longue, vous devez justifier d’au moins 5 trimestres de travail :

  • Avant vos 16 ans pour partir à la retraite avant 60 ans.
  • Avant vos 20 ans pour partir à la retraite entre 60 et 62 ans.

L’assurance retraite fixe les conditions pour bénéficier de la retraite anticipée pour carrière longue selon l’année de naissance et l’âge du début d’activité.

A noter :

Vous pouvez justifier de 4 trimestres si vous êtes né en octobre, novembre ou décembre.

La retraite anticipée pour situation de handicap

Vous pourrez partir à la retraite au taux maximum et dès 55 ans si vous justifiez d’une situation de handicap.

Les conditions requises sont les suivantes :

1. Justifier d’un nombre de trimestres requis selon votre année de naissance ;

2. Justifier d’une condition de handicap durant ces périodes (taux d’incapacité permanente d’au moins 50% ou avoir la qualité de travailleur handicapé avant 2016).

La retraite anticipée pour incapacité permanente

En cas d’incapacité permanente au titre d’une maladie professionnelle ou d’un accident de travail, vous pourrez partir à la retraite à partir de 60 ans. Votre pension sera versée au taux plein et sans condition de durée d’assurance.

Pour en bénéficier, trois conditions possibles :

1. Percevoir une rente pour accident du travail avec un taux d’incapacité permanente d’au moins 20% ;

2. Percevoir une rente pour maladie professionnelle avec un taux d’incapacité permanente d’au moins 20% ;

3. Percevoir une rente pour maladie professionnelle ou accident du travail avec un taux d’incapacité entre 10 et 20%.

La retraite anticipée des travailleurs de l'amiante

Si vous avez exercé une activité professionnelle en contact avec de l’amiante, vous pourrez prétendre à une préretraite.

Dans ce cas, l’âge de départ à la retraite est de 60 ans moins un tiers de la durée de travail dans les établissements concernés et au plus tôt à 50 ans.

Partir à la retraite entre 62 et 65 ans : taux plein, décote ou surcote ?

Durée de cotisation minimum pour bénéficier du taux plein

Pour bénéficier du taux plein, vous devez réunir un nombre de trimestres minimum qui varie selon votre année de naissance.

Les durées de cotisation nécessaire en fonction de votre année de naissance pour bénéficier du taux plein sont les suivantes :

Année de naissance Nombre de trimestres requis pour atteindre le taux plein
1958-1960 167 trimestres
1961-1963 168 trimestres
1964-1966 169 trimestres
1967-1969 170 trimestres
1970-1972 171 trimestres
À partir de 1973 172 trimestres

Bon à savoir :

Vous pouvez consulter votre relevé de carrière pour connaître votre date de départ à la retraite à taux plein sur le site officiel “info retraite”.

Une décote définitive en cas de trimestres manquants

Si vous n’avez pas cotisé assez pour bénéficier du taux plein, deux solutions s’offrent à vous :

1. Continuer à travailler jusqu’à valider le nombre de trimestres requis ou avoir atteint l’âge du taux maximum automatique, soit au moins 67 ans ;

2. Partir à la retraite dès à présent avec une pénalité définitive.

Dans le cas où vous décidez de partir à la retraite sans avoir validé la durée nécessaire au taux plein, votre taux sera minoré de 1,25 % par trimestre manquant. En d’autres termes, le taux de 50 % est réduit de 0,625 (50 x 1,25%) par trimestre manquant.

Ainsi, s’il vous manque 20 trimestres ou plus, votre taux de pension est réduit à 37,5 %.

Bon à savoir :

Pour le calcul de la pension de retraite de base, le taux s’applique sur la moyenne brute des salaires annuels des 25 meilleures années de votre vie professionnelle.

Une surcote permanente si vous continuez à travailler

Si vous continuez à travailler après 62 ans et un nombre de trimestres suffisants au taux plein, vous pourrez bénéficier d’un taux majoré.

Cette surcote n’est pas plafonnée et elle est viagère, c’est-à-dire définitive.

  • Les trimestres de surcote acquis entre 2004 et 2008 augmentent la pension de retraite de 0,75% les 4 premiers trimestres, 1% au-delà de 4 trimestres et 1,25% par trimestre de surcote validé à partir de votre 65ème anniversaire.
  • Les trimestres de surcote acquis dès le 1er janvier 2009 augmentent votre retraite de 1,25 %.

L’âge d’acquisition du taux plein : 65 ou 67 ans

En travaillant jusqu’à 67 ans, vous validez automatiquement une retraite à taux plein, même si vous n’avez pas acquis le nombre de trimestres nécessaires.

Certains cas vous permettent de bénéficier de ce taux plein à partir de 65 ans, quel que soit le nombre de trimestres validés :

  • Cessation de l’activité professionnelle durant au moins 30 mois consécutifs pour aider une personne handicapée (ou votre enfant handicapé) à accomplir les actes ordinaires et essentiels de la vie ;
  • Les bénéficiaires de l’allocation de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante (Acaata).

Les solutions pour améliorer le montant de votre retraite

Travaillez 5 ans de plus pour majorer votre retraite de 30 %

Comme nous venons de le voir, travailler plus pour bénéficier d’une surcote permet d’augmenter votre revenu post-professionnel.

La surcote majore votre taux de 5 % par an. Ainsi, en travaillant 5 ans de plus, vous bénéficiez d’une majoration de 30 % grâce à la surcote et au bonus offert par le régime de retraite complémentaire Agirc-Arrco.

Le rachat de trimestre

S’il vous manque des trimestres pour bénéficier du taux plein, vous avez la possibilité d’en racheter. Cette solution a un coût mais peut vite s’avérer intéressante lorsque la durée manquante est peu significative.

Vous pouvez racheter 12 trimestres au maximum, soit 3 ans et ainsi réduire ou annuler votre décote.

Bonne nouvelle !

Les rachats de trimestre sont déductibles fiscalement de votre revenu brut imposable. Ils vous permettent donc de payer moins d’impôts l’année du rachat.

Le cumul emploi retraite

Vous pouvez partir à la retraite et toucher votre pension tout en continuant d’exercer une activité professionnelle. Dans ce cas, les trimestres de travail ne viennent pas s’ajouter au calcul de votre retraite de base mais vous percevez un complément de revenus. Selon votre situation, le cumul peut être partiel ou total. Attention toutefois à ne pas dépasser le plafond de revenus fixé par l’administration fiscale selon l’activité exercée.

La retraite par capitalisation

Lorsque le système de retraite par répartition ne suffit pas, libre à vous de mettre en place des stratégies patrimoniales alternatives pour compléter votre pension de base. A ce titre, le Plan d'Épargne Retraite (PER), vous permet de capitaliser durant votre activité professionnelle pour bénéficier d’un revenu complémentaire sous forme de rente ou de capital au moment de la retraite.

En outre, si votre capacité d’emprunt le permet, vous pouvez également faire l’acquisition d’une résidence locative. Une fois à la retraite et votre prêt soldé, vous bénéficierez d’un complément de revenu régulier pour compléter votre retraite.